Home :: Biography :: Discography :: Tour Dates :: Contact & Booking :: Charts :: Oxia's myspace :: Press area
BIOGRAPHIE

Olivier Raymond Aka Oxia est né en 1971 à Grenoble, et rien ne le prédestine à faire de la musique, l’entourage familial n’est pas mélomane, personne ne joue d’un instrument et seule la curiosité d’un chromosome erroné mène le garçon à la musique. Dès son plus jeune age, Olivier est attiré par la Blackmusic : Mickael Jackson, Prince, Chic... Le courant disco n’est jamais bien loin, surtout quand avec ses parents il aperçoit en 1978 Cerrone en live, un événement très marquant. Quelques mois plus tard ses parents lui achèteront sont premier synthétiseur. Puis viennent les années collège, et une rencontre, déterminante, avec Stéphane Deschezeaux, lui aussi passionné par les sonorités black. Ils débutent ensemble en animant une émission funk sur une radio locale. Olivier n’a alors que 15 ans, et il commence à mixer et très vite il officie dans des soirées étudiantes…

D’autres courants le marqueront : L’electro-funk d’Afrika Bambaataa, l’Italo Disco, la New wave ( Depeche Mode, New Order, The Cure…), puis la house pointe son nez (Marshall Jefferson, Farley Jackmaster Funk, Todd Terry…).

En 1991 Olivier et Stéphane achètent leurs premières machines et commencent à composer dans un style plutôt BlackMusic, Acid Jazz…
En 1993, Olivier devient résident dans un club à Grenoble, et il assiste à l’éclosion de nouveaux genres plus européens, à l’image de la trance et de la progressive (EyeQ, Guerilla, Harthouse…)

1994 arrive, les bidouillages entrepris depuis quelque temps avec Stéphane portent leurs fruits. Le style se précise, ils se rapprochent de la techno américaine des Jeff Mills, Damon Wild… de la vague Acid, de la scène de Detroit, mais aussi d’artistes comme Slam, Dave Clarke... Ils montent leur projet live : OXIA. Quelques dates suivent, puis un premier maxi en 1995, sur le label Ozone Records, qu’ils fondent avec Kiko la même année, sur lequel Olivier co-produit également les premiers morceaux de Jack de Marseille.

.

Côté, affinités musicales et amicales obligent, Olivier se met à composer avec Kiko, le projet Phunky Data remporte un net succès, deux albums verront le jour, mais l’aventure prendra fin en 2001.
Olivier décide de se concentrer uniquement sur Oxia et sur le label qu’il crée en 1998 avec Michel Amato (The Hacker) et Alexandre Reynaud, rencontrés à Grenoble quelques années plus tôt. Ils le baptiseront Goodlife, en référence au titre mythique d’Inner City.

Un nouveau maxi d’Oxia (« Body Ep ») sort sur le jeune label en 1999. Il marque un changement de structure : « Stéphane commençait à se désintéresser un peu de la techno, il se dirigeait plus vers la deep house...» Les chemins divergent, sans grand split, et Olivier poursuit Oxia sans lui. Les maxis s’enchaînent, le son d’Oxia se peaufine, encré dans une techno groove teintée d’influences old-school. Le Goodlife04 sort en 2000 et trouve une résonance internationale, Carl Cox et C1 le signe sur leur label Intec. C’est le tournant, les dates se multiplient à travers le monde, et il signe sur le label allemand Monoïd, puis Phont music. Il réalise plusieurs remixes pour les labels Missile, Scandium, Terminal M… et cd mixés “Vital Session” en 2001, et “Oxia on Monoid” l’année suivante.

Dès lors, il restait une étape essentielle à franchir, celle de l’album. Fin 2002, le garçon se consacre avec attention sur ce projet. Ce premier album « 24 Heures », qui oscille entre groovy techno mélodique et tracks plus deep electro, sort en janvier 2004 sur Goodlife. Il remporte un vif succès, il sera notamment élu 5éme meilleurs album de l’année par les lecteurs du magazine Trax, et encensé entre autres par la presse anglaise…

Après une période de  tournée promo et quelques Ep’s et remixes, Oxia revient en 2006 sur le label Allemand Kompakt, avec le titre « Domino », qui deviendra un ‘hit’ joué par la plupart des plus gros djs internationaux.
Il sort la même année un mix cd ‘Picture Of Now’ sur Scandium, puis enchaîne Ep’s et remixes sur Tsuba au coté d’Eric Borgo, Giant Wheel, Confused, à nouveau sur Kompakt, puis fin 2007 il revient enfin sur Goodlife avec le EP ‘Lost Memory’.

En 2008 il est élu au Beatport Music Awards, 3éme meilleur artiste techno, et son remix du titre de Butch ‘On the line’  2éme meilleur remix de l’année.                                                                                  
Il signe de nouveaux remixes pour Agoria, pour le label de Dubfire, Marc Romboy,  et ce dernier lui demande l’année suivante de mixer l’un des cd de la compilation des 5 ans de son label Systematic sortie en juillet 2009, sur lequel on retrouve seulement des tracks inédits dont le titre « Trying Out » produit par Oxia et Nicolas Masseyef.
En Octobre sort un nouveau EP « Sun Step EP » sur le label des Allemands Nick Curly et Gorge, 8bit Records, les deux titres se retrouvent directement classés parmi les meilleurs ventes de nombreux sites…

Après toutes ces années Oxia reste toujours sur le devant de la scène électronique international, et continu de tourner un peu partout à travers le monde. 

 Plus d’infos :
www.myspace.com/oxiagoodlife
www.oxia-dj.com

 
Credit photo: © audrey laurent / audrey-L.com Artwork: Pierre-Jean Buisson @ le 188